vendredi, février 23, 2024
AccueilMotorsportsMcLaren vs. Alex Palou : de quoi s'agit-il dans le procès à...

McLaren vs. Alex Palou : de quoi s’agit-il dans le procès à plusieurs millions ?

McLaren réclame 23 millions de dollars de dommages et intérêts à Alex Palou : comment les avocats du double champion d’IndyCar argumentent contre cela.

La séparation chaotique d’Alex Palou et de McLaren est l’une des sagas contractuelles les plus folles de l’histoire récente du sport automobile. L’année prochaine, l’épreuve de force aura lieu devant un tribunal britannique.

Un juge commercial de la Business and Property Courts of England and Wales décidera du montant des dommages et intérêts que McLaren recevra après la volte-face d’Alex Palou l’été dernier, par laquelle il a rompu à la fois le contrat de pilote et le contrat publicitaire qu’il avait signés pour courir en IndyCar Series et comme pilote de réserve en Formule 1.

Autosport, a consulté les documents déposés par les deux parties auprès du tribunal et constate que Palou ne conteste pas la rupture du contrat, mais qu’il conteste le montant de l’indemnité réclamée par McLaren.

Comme raison de la séparation, Palou indique qu’il a « perdu confiance dans la promesse d’un futur cockpit de course de Formule 1 », ce que McLaren rejette comme « sans fondement ».

Palou avait déjà effectué des essais dans d’anciens bolides de Formule 1 en tant que membre du programme de pilotes de McLaren, avait participé à la première séance d’essais libres du Grand Prix des Etats-Unis 2022 et était prévu comme pilote de réserve officiel pour le Grand Prix de Miami 2023. Cela s’est fait dans le cadre d’un accord de conciliation suite à un précédent litige contractuel entre McLaren et son équipe actuelle d’IndyCar, Chip Ganassi Racing (CGR).

Dans cette affaire, qui a été portée devant un tribunal américain, Ganassi a conservé Palou en tant que pilote IndyCar jusqu’en 2023, et il a remporté son deuxième titre pour l’équipe. Hormis les références à son dernier contrat Ganassi, un contrat de trois ans qu’il a signé en août dernier pour se séparer de McLaren, CGR n’est en aucune façon impliqué dans ce litige.

Les demandeurs sont McLaren Indy LLC et McLaren Racing Ltd, les défendeurs sont Palou lui-même et sa société américaine ALPA Racing USA LLC, qui commercialise ses services de pilote de course.

L’équipe d’avocats de Palou révèle les raisons de la séparation

Dans la plainte écrite, les avocats de Palou expliquent : « En 2022, [Palou] a signé une série d’accords en pensant que [McLaren] partageait ses ambitions de courir en Formule 1 à moyen et long terme ».

Plus tard, une raison est donnée pour ce revirement : « Par la suite, [Palou] a perdu la confiance et l’assurance que [McLaren] soutiendrait réellement ses ambitions de courir en Formule 1 et a plutôt décidé de poursuivre avec CGR dans la série IndyCar. « 

La défense poursuit : « Le véritable point de litige entre les parties est la question des dommages et intérêts que [Palou et sa société] doivent payer à [McLaren] en conséquence ». Dans ce contexte, il est dit : « [Les] demandes de dommages et intérêts de [McLaren] sont insuffisamment spécifiées, ambiguës à bien des égards et largement exagérées ».

Un autre détail dans la défense de Palou est que son contrat CGR ne l’empêche pas d’accepter un cockpit de Formule 1 ailleurs si une opportunité se présente.

Combien de dommages et intérêts McLaren demande à Palou?

Au total, McLaren réclame à Palou 23 millions de dollars US (actuellement environ 21,3 millions d’euros) de dommages et intérêts. McLaren fait valoir un manque à gagner et des dépenses liées à son remplacement et affirme que la volte-face de Palou a entraîné une renégociation du contrat commercial avec le sponsor NTT Data.

Le préjudice est estimé à 6,9 millions de dollars, répartis entre une redevance annuelle de sponsoring d’un peu plus de 3 millions de dollars et 3,9 millions de dollars pour des apparitions dans trois courses de Formule 1 et le « sponsoring du centre de développement des Indy Series ».

McLaren affirme également qu’elle perdra 1,5 million de dollars sur trois ans en « soutien à l’équipe » par le biais du parrainage du fournisseur de moteurs General Motors, qui dit dépendre de « trois pilotes de niveau A à plein temps ». En plus des affaires commerciales, 7 millions de dollars supplémentaires sont réclamés en prix attendus, en articles de fan et en contrats de sponsoring « en conséquence de son statut de double champion d’IndyCar ».

En ce qui concerne la Formule 1, McLaren chiffre à 3,5 millions de dollars les possibilités de Palou dans le cadre du programme d’essais avec de vieilles voitures – car ce temps « aurait autrement été disponible pour un emploi » – ainsi que 2,8 millions de dollars supplémentaires de dépenses gaspillées pour « l’assistance aux pilotes » lors des essais, dans le simulateur de Formule 1 et autres activités. Enfin, l’entreprise demande le remboursement de 400.000 dollars versés à titre de prime d’engagement, ainsi que le remboursement des frais de justice.

La plus grande partie de la réponse des avocats de Palou – une douzaine de pages de plaidoirie – consiste à contester ces demandes et ces chiffres. Et c’est là que le bât blesse dans cette affaire, où chaque point doit être examiné pour parvenir à un jugement sur le montant final. Un juge devra décider quel sera le résultat exact.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments