dimanche, juillet 21, 2024
AccueilUEFAFribourg de nouveau au Pirée - et pourtant tout est différent

Fribourg de nouveau au Pirée – et pourtant tout est différent

Cela fait presque un an. Le SC Fribourg s’est imposé 3-0 à l’Olympiakos Le Pirée et a franchi la phase de groupes de l’Europa League. Les retrouvailles se font maintenant dans des conditions autrement plus difficiles.

Un tirage au sort n’est pas un concert de souhaits – sinon, ce ne serait pas un tirage au sort. Une phrase qui pourrait tout à fait être prononcée par Christian Streich. Mais ce n’est pas le cas. L’entraîneur fribourgeois avait néanmoins un souhait concernant les voyages européens de son équipe. « Si c’est possible, pas au Pirée », avait-il dit avant le tirage au sort début septembre. Non pas par crainte des Grecs, mais en raison de son intérêt pour la nouveauté. La saison dernière déjà, le SC avait été invité au stade Karaiskakis. Maintenant que le tirage au sort ne peut plus être modifié, les Fribourgeois peuvent tout de même se servir de leurs bons souvenirs. Il y a tout juste un an, les Breisgauois avaient battu les Grecs 3 à 0.

Ce jeudi soir (21h), Streich et le Sport-Club sont à nouveau sollicités dans la ville portuaire limitrophe d’Athènes. « Le destin a voulu que nous jouions à nouveau au Pirée », a déclaré Streich la veille du match, précisant qu’à part le lieu et le nom de l’adversaire, presque tout est différent. « Cette équipe de l’Olympiakos n’a plus rien à voir avec l’équipe contre laquelle nous avons gagné ici. Nous les avons eus l’année dernière à un moment très opportun, ils avaient de gros problèmes sportifs. « 

L’Olympiakos avec quatre entraîneurs en une année – comme le SC depuis 1991

Au Pirée, ils aimeraient bien oublier la saison passée. Sur le papier, ils étaient alors les favoris du groupe de Ligue Europa, mais en réalité, avec seulement deux points, ils ont été le « souffre-douleur » de Fribourg, Qarabag et Nantes. Au cours de la saison, 46 joueurs ont été alignés et quatre entraîneurs ont tenté leur chance sans succès. Au vu de cet historique, Streich est un phénomène pour les Grecs. Le SC a d’ailleurs employé quatre entraîneurs depuis juillet 1991, date de l’entrée en fonction de Volker Finke. Un journaliste lui a demandé comment Streich parvenait à être au SC depuis 13 ans. En riant, il le corrigea d’abord à douze ans et expliqua : « Cela n’a rien à voir avec moi en fait, cela a à voir avec le club, il y a chez nous une philosophie complètement différente de celle de l’Olympiakos probablement et d’autres ».

Mais là-bas aussi, ils aspirent à la constance. Après un nouveau bouleversement XXL avec un total de 16 nouvelles recrues, le monde du football est pour l’instant à nouveau en ordre chez le Rekordmeister. Après un début de ligue avec trois victoires lors des trois premiers matchs et 10 buts à 0, et dernièrement un match nul 1-1 contre le champion en titre, l’AEK Athènes, l’Espagnol Diego Martinez est assis sur son banc et veut maintenant faire sensation sur la scène internationale. D’autant plus qu’il y a encore une revanche à prendre

« Nous nous attendons à une ambiance surchauffée « 

Ce matin, au Pirée, on n’entend que la circulation automobile. Le chaos dans les rues est d’une ampleur particulière, même pour Athènes, en raison d’une grève dans le métro. Il faudra attendre le soir pour que l’ambiance électrisante autour du club traditionnel s’empare de la ville de 160 000 habitants située à côté de la mégalopole athénienne. « Nous nous attendons à une ambiance surchauffée. C’était pareil l’année dernière, l’ambiance d’avant-match était impressionnante », souligne Maximilian Eggestein, qui aimerait pourtant bien jouer à nouveau les trouble-fête. « A l’époque, nous avions contribué à ce que l’ambiance ne soit rapidement plus aussi bonne. Nous espérons que nous pourrons à nouveau prendre une direction similaire ».

En dehors de la pelouse et autour du stade, la situation est restée relativement calme il y a un an – ce qui n’est malheureusement pas à l’ordre du jour au Pirée. Ce jeudi également, les quelque 700 supporters fribourgeois qui ont fait le déplacement seront amenés en bus en direction du Pirée depuis leur point de rencontre au stade historique du Panathenaic et seront pour ainsi dire déchargés dans le bloc des visiteurs.

Puis, à partir de 21 heures, heure allemande, 22 heures, heure locale, le ballon roulera. « Nous n’avons pas beaucoup de joueurs dans l’effectif qui ont joué constamment chaque année en Europe. C’est pourquoi personne n’a besoin de nous motiver spécialement ou de nous faire un discours. Nous sommes tous impatients de jouer ces six matchs et espérons en ajouter quelques-uns au cours de la nouvelle année », explique Eggestein.

Pas de Marcelo, pas de James, mais maintenant une équipe

Les grands noms comme les anciens du Real Marcelo et James Rodriguez ont déjà quitté le club grec traditionnel au cours de l’intersaison chaotique. De toute façon, c’est maintenant le collectif qui a fait la différence. « Ils ont beaucoup de bons joueurs, mais maintenant ils ont aussi une très bonne organisation, ils sont très disciplinés, ils travaillent extrêmement dur contre le ballon. Ils courent, ils travaillent, ils font tout », prévient le joueur de 58 ans.

Streich aurait aimé entraîner lui-même un joueur à Breisgau : le capitaine et international à 56 reprises Konstantinos Fortounis. De 2011 à 2014, il a joué au 1. FC Kaiserslautern. Mais lui et les Palatins n’ont pas été vraiment heureux avec lui au cours des 77 matchs officiels. Streich se souvient néanmoins des points positifs. « C’est un joueur très intéressant, il l’était déjà à l’époque. Nous nous sommes penchés sur son cas, nous devions à l’époque voir quelles étaient nos possibilités financières. Sa qualité technique et sa mobilité n’ont pas seulement attiré notre attention, mais aussi celle d’autres clubs de Bundesliga », raconte le coach. Pourtant, Fortounis est parti au Pirée à l’époque, ce qui n’est certainement pas une mauvaise décision aujourd’hui.

Focalisation sur la stabilité défensive

Une fois, le Grec a été le Diable rouge sur la pelouse contre les Fribourgeois. Le 24 mars 2012, le SC s’était imposé 2-0 au Dreisamstadion avec, dans le onze, un défenseur central alors âgé de 18 ans et répondant au nom de Matthias Ginter. Si le zéro est à nouveau maintenu ce soir, le premier pas sera fait pour le Sport-Club. Car il n’y a pas qu’au Pirée que les signes avant-coureurs du match sont différents. L’équipe de Streich était arrivée il y a un an en tant que deuxième de Bundesliga avec 13 points en six matchs. Aujourd’hui, ils ont connu un départ mitigé, avec deux défaites récentes accompagnées d’une avalanche de buts encaissés contre Stuttgart (0-5) et Dortmund (2-4). Mais si un club de Bundesliga a montré ces dernières années qu’il ne se laissait pas déstabiliser par les revers, c’est bien le SC Freiburg.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments