vendredi, janvier 27, 2023
HomeMotorsportsMarquez quatrième à Motegi : "Je n'ai pas eu mal, c'est le...

Marquez quatrième à Motegi : « Je n’ai pas eu mal, c’est le plus important ».

MotoGP

Marc Marquez termine quatrième lors de sa première course complète depuis sa dernière opération du bras – Le fait d’avoir pu attaquer dans les derniers tours le rend particulièrement heureux

Après une course de retour à la compétition qui n’a duré qu’un seul tour à Aragon, Marc Marquez s’est nettement mieux débrouillé au Grand Prix du Japon. Le pilote Honda a d’abord décroché sa première pole position depuis 2019 sous la pluie, avant d’égaler son meilleur résultat de la saison en terminant quatrième de la course.

« Je suis vraiment heureux parce que c’était une course solide, une course constante, mais le plus important, c’est que je n’ai pas ressenti de douleur pendant toute la course », a déclaré Marquez en faisant référence à son bras droit, qui a subi quatre opérations.

« J’avais certes l’impression que le bras était paresseux. Je me sentais fatigué à la fin, mais je n’avais pas mal et c’est le plus important pour moi. C’est pour cette raison que j’ai pu attaquer Oliveira dans les derniers tours », a poursuivi l’Espagnol.

Marquez seulement fatigué, mais pas de douleurs

Pendant la majeure partie de la course, Marquez était en cinquième position, après avoir été davantage distancé dans les premiers virages. Mais dans les derniers instants, il a réussi à rejoindre le pilote KTM Miguel Oliveira et à le dépasser pour la quatrième place.

« Cela faisait longtemps que je n’avais pas eu l’impression de pouvoir attaquer quelqu’un dans les derniers tours parce que la douleur était toujours là et qu’il était difficile de rester concentré dans le passé », admet Marquez. « Mais aujourd’hui, je n’avais pas mal, je me sentais juste fatigué, mais tout était sous contrôle ».

Alors qu’il était encore sur la grille de départ, l’octuple champion du monde était passé du pneu arrière dur au pneu arrière tendre afin de pouvoir attaquer dans la phase initiale. Mais un problème de cartographie lui a d’abord joué des tours.

« Le seul point malheureux de la course, c’est que je voulais attaquer avec le pneu arrière tendre au début, mais j’ai eu un petit problème dans le premier tour, j’ai perdu beaucoup de temps et beaucoup de pilotes m’ont dépassé », confirme Marquez.

« Heureusement, j’ai ensuite changé de cartographie et le problème a disparu. C’était un très petit problème, mais quand on est dans un grand groupe, cela influence beaucoup les choses. Mais à partir de là, ma course a commencé et je suis heureux. « 

Pour le pilote de 29 ans, mais aussi pour Honda, cette quatrième place était enfin un succès. Dans le box, Marquez a été accueilli par des applaudissements : « C’est évidemment un coup de pouce pour la confiance. Mais nous devons garder notre calme ». Car il connaît les circonstances particulières de Motegi.

Dans des circonstances normales, pas quatrième

Comme je l’ai dit vendredi, les faiblesses de notre moto se font moins sentir sur ce circuit. C’est pourquoi j’ai été rapide dès la première séance d’essais. Nous avons roulé avec presque la même moto qu’en Aragon, mais nous étions plus proches des autres », explique Marquez, qui estime que la crise est loin d’être résolue.

« Il est vrai aussi que la pluie du samedi m’a aidé à rester frais et à partir de la pole position. Lors d’un week-end normal, nous aurions probablement terminé septième, huitième ou neuvième, pas quatrième ».

En ce qui concerne son bras droit et le niveau qu’il peut atteindre avec, l’Espagnol admet qu’il n’est pas encore à 100 pour cent. « Pour l’attaque chronométrée sur un tour, je ne suis pas loin de rouler comme je le voudrais ».

« Mais avoir un rythme constant et contrôler les moments auxquels on ne s’attend pas – quand la moto s’agite sur les freins ou lors d’un changement de direction – c’est là que je peux encore m’améliorer. Mais ce n’est que la deuxième course », analyse Marquez.

Selon lui, sa chute lors du warm-up du dimanche matin est un exemple de ce qui reste à faire. « C’est l’un des points avec lesquels j’ai plus de mal cette année. Dans le passé, j’ai souvent eu ces moments sur la roue avant et j’étais habitué à piloter la Honda de cette manière », a-t-il rappelé.

« Au warm-up, je n’étais pas au-dessus de la limite, mais je suis tombé comme ça. Par le passé, j’ai pu l’amortir ou il y avait des avertissements avant que l’avant ne se bloque. En Aragon, j’ai fait une chute similaire au même endroit, dans le même angle. « 

Marquez : le MotoGP a beaucoup changé depuis 2019

« Il me manque donc des informations sur ce point. J’ai eu de la chance de tomber au warm-up, car c’était un virage à gauche. J’avais un bon feeling et quand on a un bon feeling, on pousse plus fort. Si ce n’était pas arrivé au warm-up, j’aurais très probablement chuté à cet endroit en course ».

Lorsqu’on lui demande s’il redeviendra le « vieux » Marquez d’avant les opérations, le pilote de 29 ans balaie la question d’un revers de main. « Il s’agit en effet de deux choses différentes : le niveau du bras et le niveau de la moto. Nous savons qu’avec plus de kilomètres, le bras sera meilleur et nous savons que nous devons améliorer la moto ».

« Mais rouler comme en 2019 ? Nous ne sommes plus en 2019, nous sommes en 2022, les motos ont beaucoup changé. Dans le MotoGP d’aujourd’hui, la moto est de plus en plus importante. En même temps, il est aussi de plus en plus difficile de dépasser ».

« Si tu roules derrière un autre pilote, tu ne peux pas freiner correctement parce qu’il n’y a pas d’effet aéro. C’est précisément pour cela que tu as plus de wheelies. Avant, c’était plus facile de suivre quelqu’un d’autre. Maintenant, ça va encore sur un tour, mais sur la durée de la course, ça devient difficile », constate le pilote Honda.

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments