samedi, juillet 20, 2024
AccueilFootballL'ex-patron de la fédération espagnole Rubiales sera jugé en février 2025

L’ex-patron de la fédération espagnole Rubiales sera jugé en février 2025

Pour Luis Rubiales, l’affaire du baiser lors de la Coupe du monde féminine 2023 est loin d’être terminée, les dates du procès sont désormais fixées. Même une peine de prison n’est pas exclue.

En plus de l’ancien président de la fédération Rubiales, l’entraîneur champion du monde Jorge Vilda, l’ancien directeur sportif de la fédération nationale (RFEF) Albert Luque et l’ancien directeur marketing de la RFEF Ruben Rivera devront également s’asseoir sur le banc des accusés. Entre le 3 et le 19 février, le tribunal de San Fernando de Henares, près de Madrid, accueillera un total de onze jours d’audience, a annoncé lundi l’Audience nationale d’Etat.

En septembre dernier, Rubiales avait démissionné de la tête de la RFEF suite au scandale des baisers lors de la Coupe du monde 2023 en Australie. Il a ensuite été suspendu pour trois ans, entre autres, par la Fédération internationale de football association (FIFA). L’affaire avait fait grand bruit dans le monde entier.

Le fonctionnaire de l’époque avait embrassé Jenni Hermoso (34 ans) sur la bouche lors de la cérémonie de remise des prix après le titre de championne du monde remporté. L’attaquante a contesté l’affirmation de Rubiales selon laquelle le baiser était consenti et a porté plainte.

L’enquête et l’audition des témoins ont révélé que le baiser controversé avait été échangé sans consentement, pouvait-on lire dans une récente communication écrite du tribunal. Le procès pénal portera notamment sur une appréciation juridique de la question de savoir si le baiser avait un caractère érotique et constituait une agression sexuelle, et dans quelle mesure il était motivé par l’euphorie du titre de champion du monde, avait-on alors indiqué.

Les Rubiales font l’objet de plusieurs enquêtes

Les trois co-accusés sont accusés de contrainte, notamment pour avoir fait pression sur Hermoso afin qu’elle n’accuse pas Rubiales. Rubiales fait également l’objet d’une enquête pour avoir conclu des contrats présumés irréguliers au cours de ses cinq années de présidence. Les accusations portent entre autres sur la corruption dans les transactions commerciales, la gestion déloyale et le blanchiment d’argent.

Rubiales a rejeté à plusieurs reprises toutes les accusations. L’homme de 46 ans risque des peines de prison de plusieurs années dans cette affaire ainsi que dans la procédure pénale relative à l’affaire du baiser. Le ministère public requiert deux ans et demi de prison ainsi qu’une période de probation de deux ans après avoir purgé sa peine et le versement d’un dédommagement de 50.000 euros à Hermoso.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments