samedi, juin 15, 2024
AccueilMotorsportsLes montagnes russes de Marco Bezzecchi : "Quand on contourne les problèmes...

Les montagnes russes de Marco Bezzecchi : « Quand on contourne les problèmes … »

Après le podium de Jerez, Marco Bezzecchi a chuté dans les deux courses du Mans – Au sein du team VR46, son ami Andrea Migno le soutient aussi cette saison

La troisième place au Grand Prix d’Espagne à Jerez a été une petite bouffée d’oxygène pour Marco Bezzecchi. Depuis les essais hivernaux, l’Italien a eu du mal avec la Ducati Desmosedici GP23. Il n’a pas les mêmes sensations qu’avec la GP22, notamment en phase de freinage et en entrée de virage. En plus, il y a du sous-virage au milieu du virage.

En France, Bezzecchi a remporté la course l’an dernier. Cette fois-ci, le pilote VR46 s’est qualifié sur la première ligne de la grille de départ au Mans. Mais au sprint, il a été éliminé par une chute au virage 8. Il a également été mis à terre lors du Grand Prix, cette fois au virage 6.

Après cinq week-ends de course, Bezzecchi a 36 points de championnat du monde au compteur. L’an dernier, à la même époque, il en avait 93. « Le top 5 aurait été possible, mais si vous tombez, cela ne veut rien dire », a-t-il conclu après Le Mans.

« Quand on attaque et qu’on évite les problèmes, ce n’est pas facile. Mais mon rythme n’était pas mauvais, la moto fonctionnait bien. Malheureusement, j’ai fait une petite erreur et je suis tombé. Nous nous battons pour des millièmes de seconde. Ce n’est pas grand-chose ».

« Quand on essaie de trouver des détails, c’est vraiment difficile. C’est pourquoi je ne veux pas trop modifier la moto, je veux essayer de mieux rouler et de compenser les problèmes. Il manque quelque chose, mais nous allons certainement le trouver ».

Car ce qu’il est possible de faire avec la GP23, Marc Marquez le montre dans l’équipe Gresini. Mais le problème de Bezzecchi est le suivant : « Lorsque j’accélère au milieu d’un virage, j’ai toujours du sous-virage. J’ai cette sensation depuis le premier test ».

L’équipe VR46 accueille cette saison un nouveau visage : Andrea Migno. L’Italien n’avait déjà pas trouvé de place de titulaire en Moto3 ou en Moto2 pour 2023 et a disputé quelques courses de Moto3 dans l’équipe CIP en tant que pilote de réserve. Le point culminant a été la troisième place en Argentine.

Mais Migno n’a pas trouvé de moto pour cette année non plus. Comme il est membre de l’académie VR46, il a obtenu une mission dans l’équipe MotoGP de Rossi. Migno est, avec Idalio Gavira, le deuxième riding-coach et soutient Bezzecchi et Fabio Di Giannantonio.

« Avec Idalio, je suis sur la piste et je filme nos pilotes », explique Migno à GPOne.com. « Ensuite, nous faisons des analyses pour comprendre où ils ont des difficultés et comment ils peuvent s’améliorer ».

« Avec ce travail, je découvre la course moto sous un autre angle. Je suis très heureux de cette opportunité et je suis très reconnaissant à ‘Uccio’ de m’avoir impliqué dans ce projet ».

Migno aurait en fait voulu poursuivre sa carrière dans le championnat d’Europe Moto2, mais comme les équipes y exigent jusqu’à 200.000 euros de dotation par saison, ce n’était pas abordable pour lui. On ne sait pas encore s’il pourra poursuivre sa propre carrière à l’avenir.

Migno essaie aussi d’aider Bezzecchi psychologiquement

Maintenant, il essaie d’aider Bezzecchi. « En premier lieu, c’est un ami. Quand il met son casque, c’est un coureur qui donne tout son cœur », décrit Migno à propos de son collègue. « En hiver, il avait du mal à régler la moto pour lui ».

« Il était habitué à d’autres dynamiques. A Jerez, il a décroché un superbe podium, mais à mon avis, il n’a toujours pas confiance à cent pour cent dans la GP23. Il en est conscient. Il lui manque surtout le feeling avec la roue avant. « 

Après le Qatar, il était désespéré parce qu’il n’avait pas du tout confiance. Je me souviens qu’à Lusail, nous étions dans la même chambre. Je lui ai parlé en tant qu’ami et je lui ai dit que tout n’était pas aussi mauvais qu’il le voyait ».

« Petit à petit, il s’est amélioré, mais cela ne se voyait pas de l’extérieur. Il a fait une bonne qualification à Portimao et il est monté sur le podium à Jerez. Au Mans, il était également compétitif, mais malheureusement, il a chuté et était furieux ».

« Comme je l’ai dit, ‘Bez’ est très dur avec lui-même et il n’accepte pas sa position actuelle par rapport à l’année dernière. De plus, c’est un vrai personnage qui sait créer un bon environnement pour lui. De plus, il est tenace et déterminé ».

Son coéquipier Di Giannantonio a récolté 47 points et se trouve à la neuvième place du classement du championnat du monde, un rang devant Bezzecchi.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments