vendredi, janvier 27, 2023
HomeEsportsBientôt plus d'éditions physiques de FIFA en France ? EA dément

Bientôt plus d’éditions physiques de FIFA en France ? EA dément

Le futur est numérique, et EA l’indique noir sur blanc dans son rapport annuel international. Les indices de la suppression des éditions physiques en Allemagne se sont multipliés.
Electronic Arts vend de moins en moins de supports de données. Le rapport annuel de l’entreprise est très clair à ce sujet. Dans le cas de l’éditeur de jeux vidéo, les supports de données sont des jeux pressés sur DVD et Blu-ray, qui peuvent être achetés en magasin. Depuis 2020, le chiffre d’affaires d’EA pour les supports de données physiques a diminué de 365 millions de dollars, tandis que celui des téléchargements numériques de jeux a augmenté de 471 millions de dollars. C’est ce que révèle le rapport.

« Même si cette tendance […] n’est pas linéaire, nous nous attendons à ce que les joueurs achètent une part de plus en plus importante de nos jeux en version numérique au fil du temps », écrit EA. On s’attend en outre à ce que le chiffre d’affaires des « ‘marchandises emballées' » continue de diminuer. Une tendance qui se retrouve dans différents secteurs, notamment dans l’industrie de la musique et du cinéma, comme Spotify et Netflix.

Les ventes passent à côté des filiales allemandes

Le magazine économique « Games Wirtschaft » (GW) avait déjà montré que les recettes numériques des jeux ne parvenaient pas toujours aux filiales locales, par exemple allemandes, mais étaient directement versées à la maison mère. Dans la foulée, rapporte le magazine, Activision Blizzard aurait fermé son site allemand. Chez Take-Two également, l’entreprise derrière GTA et NBA 2K, le chiffre d’affaires de la représentation munichoise a diminué de 24 à 14 millions d’euros.

Electronic Arts Allemagne pourrait-elle connaître le même sort que Blizzard ? Probablement pas, a-t-on appris auprès de « Games Wirtschaft » : Le siège social de Cologne devrait être maintenu, notamment parce que de nombreux jeux y sont traduits et doublés.

EA Allemagne ne veut apparemment plus « réaliser de chiffre d’affaires avec des marchandises emballées « 

Le magazine semble avoir consulté le rapport d’activité non public d’EA Allemagne et y avoir trouvé des indices. En effet, bien que l’activité numérique soit en forte croissance selon EA, il semblerait que l’Allemagne ne bénéficie pas de ces recettes. C’est ainsi que GW cite le rapport annuel :

« Le transfert continu des biens physiques vers le téléchargement numérique continue d’avoir un impact négatif sur l’évolution du chiffre d’affaires. Le chiffre d’affaires des téléchargements numériques n’est pas réalisé par EA, mais par une société affiliée ».

Par entreprise liée, il faut probablement entendre Electronic Arts international ou équivalent.

Games Wirtschaft écrit également : « Après la restructuration, Electronic Arts ne réalisera plus de chiffre d’affaires avec les produits emballés » dans les pays germanophones. En conséquence, EA s’attend dès l’exercice 2022/23 en cours à un ‘net recul du chiffre d’affaires' ».

La signification de ceci offre toutefois une marge d’interprétation. Est-ce qu’EA abandonne complètement le commerce des supports de données physiques ? FIFA ne sera-t-il plus disponible en magasin ?

Nous n’avons pas arrêté la distribution physique de nos jeux en Allemagne, en Autriche et en Suisse, et les joueurs pourront toujours acheter nos jeux dans les magasins de détail de toute la région. De récents rapports affirmant le contraire ne reflètent qu’imparfaitement les informations fournies dans les comptes annuels d’EA Allemagne. « 

Avec le démenti d’EA, il est désormais clair qu’il y aura toujours des éditions physiques des jeux dans un premier temps, mais que la distribution a probablement déjà été cédée, car :

EA Deutschland a fait modifier pour octobre l’objet social de la GmbH dans le registre du commerce. On y trouve un résumé de l’objet d’une entreprise. Selon GW, il s’agissait auparavant de : « l’importation, l’exportation, la distribution, la vente et la fabrication de produits de toute nature en rapport avec des vidéos, des jeux vidéo, des logiciels informatiques ».

Maintenant, il est écrit : « Fourniture de services relatifs aux vidéos, aux jeux vidéo, aux logiciels informatiques et aux divertissements interactifs ». La distribution et la vente ont donc été supprimées. EA le confirme également sur demande. L’entreprise a procédé à une restructuration des canaux de distribution. Mais rien ne change pour le marché ou le joueur.

Plus d’éditions physiques

L’externalisation semble logique du point de vue de l’entreprise. La distribution coûte de l’argent. Mais si les ventes de supports de données diminuent, car les joueurs se tournent de plus en plus vers le téléchargement, il faut se restructurer. La sous-traitance à des prestataires de services externes permet généralement de réduire les coûts.

EA Allemagne devra imputer les recettes numériques optionnelles à son site, sous peine de connaître un sort similaire à celui de la représentation de Blizzard. Selon GW, EA aurait réalisé plus de 90 millions d’euros au cours de l’exercice 21/22 avec la vente de supports de données physiques aux détaillants.

EA Deutschland emploie une centaine de personnes à Cologne. S’il ne reste plus que la localisation des jeux (15 millions d’euros de chiffre d’affaires), l’entreprise devrait être contrainte de prendre de nouvelles mesures d’économie. On peut toutefois considérer comme acquis que l’ère des supports de données physiques touche à sa fin. Pendant un certain temps, FIFA existera encore sur disque, tant qu’il sera possible de gagner de l’argent.

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments