jeudi, février 29, 2024
AccueilUncategorizedMarcel Schrötter : pas de bonnes possibilités d'entraînement en Allemagne

Marcel Schrötter : pas de bonnes possibilités d’entraînement en Allemagne

Le pilote du championnat du monde de Moto2 Marcel Schrötter est attiré par l’Italie et l’Espagne en hiver : Ce sont surtout les pistes de motocross italiennes qui enthousiasment l’Allemand

Le mauvais temps et le manque de possibilités d’entraînement compliquent la préparation de la saison des pilotes allemands en hiver. Alors qu’en Allemagne, aucune roue ne tourne généralement de novembre à mars, en Espagne et aussi en Italie, on s’entraîne avec ardeur. Le pilote du championnat du monde Moto2, Marcel Schrötter, est lui aussi attiré par le sud.

Schrötter est enthousiasmé par les nombreux circuits de motocross de qualité en Italie. « L’Italie, c’est la folie absolue », « Tous les quelques kilomètres, il y a un circuit de pointe. Tu n’as certes pas 17 ou 20 degrés comme en Espagne, mais comme c’est relativement sablonneux et qu’il y a un sol plus mou, tu peux très bien y rouler. « 

Les entraînements préférés de Schrötter sont ceux avec son groupe d’entraînement, dont font partie quelques noms célèbres du MotoGP. « L’année dernière, ils sont allés en Italie et ont vu à quel point les pistes de motocross sont bonnes. Jack Miller voulait aussi être de la partie cette semaine. Je ne sais pas quand il rentrera d’Australie », commente Schrötter.

Ensuite, nous irons en Espagne pour une ou deux semaines d’entraînement. Je n’irai probablement sur aucun circuit parce que je n’ai pas de moto et que cela demande beaucoup d’efforts », explique Schrötter. « Si j’avais une moto prête à rouler, il n’en serait pas question. J’aurais une moto, mais ce serait standard. « 

S’entraîner avec une moto de série n’apporte rien à Schrötter. « J’ai remarqué cela les années précédentes, c’est assez cool pour une journée, pour retrouver de la vitesse en hiver, mais ils sont parfois si loin, comme pour les freins. Là, le changement est parfois si important que la moto de course est étrangère quand elle repart. Cela ne sert alors à rien », justifie-t-il.

« Si c’était le cas, il faudrait que je me construise une moto qui soit très similaire. Nous ne devons pas conduire la même moto. Mais c’est un travail énorme pour trois ou quatre jours de moto. C’est pourquoi je me concentre en Espagne sur le flat-track, le VTT et le vélo de course. Cela représente deux semaines d’entraînement à plein régime. Début février, nous commencerons déjà le premier test, il ne reste donc pas éternellement beaucoup de temps », a déclaré l’Allemand.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments