vendredi, août 12, 2022
HomeMotorsportsComment McLaren explique son chaos dans les stands à Montréal

Comment McLaren explique son chaos dans les stands à Montréal

Comment Andreas Seidl, le patron de l’équipe McLaren, explique la panne des stands de son équipe au Canada et pourquoi les pilotes n’avaient aucune chance dans la course de Formule 1

Lando Norris transmet encore par radio qu’il se trouve dans la voie des stands. Son ingénieur confirme la réception du message. Peu après, Norris se trouve sur la place de parking devant le box McLaren – et rien ne va plus : le mauvais pneu est monté à l’avant gauche, aucun à droite. Près de 20 secondes s’écoulent avant que le chaos ne soit réparé et que Norris puisse repartir avec un nouveau train de pneus durs.

Comment en est-on arrivé là ? Cette question met visiblement mal à l’aise le chef d’équipe McLaren Andreas Seidl après le Grand Prix du Canada 2022 à Montréal. C’est pourquoi il est bref et parle d’un « problème de communication » qui a conduit à la panne lors du double arrêt de Daniel Ricciardo et Norris.

« Je ne veux pas trop entrer dans les détails, car nous devons nous pencher à nouveau sur la question en interne. Nous devons y jeter un coup d’œil et faire mieux la prochaine fois », explique Seidl.

L’équipe était prévenue de la venue de Norris

Ricciardo, que McLaren avait d’abord éliminé, a reconnu dans son rétroviseur « un peu de confusion » et l’attribue à une « décision tardive » de s’arrêter au stand. C’est probablement pour cette raison que « quelque chose a mal tourné » lors du changement de pneus, suppose-t-il.

En fait, l’équipe McLaren avait été largement prévenue : Norris se trouvait sur la ligne droite à la sortie de l’épingle à cheveux lorsque la phase virtuelle de safety car a été déclenchée au 19e tour. Il a immédiatement demandé à l’équipe : « Qu’est-ce qu’on fait ? » La réponse ne s’est pas fait attendre : « Viens au stand « 

Arrivé sur place, Norris a dû attendre quelques instants que Ricciardo ait démarré, puis il a pris le stand devant le stand. Et tout d’un coup, c’était l’effervescence, les mécaniciens gesticulaient furieusement parce que les pneus n’étaient pas prêts pour Norris.

Norris agacé : « Rien n’allait!

Comment Norris a-t-il vécu la scène et peut-il l’expliquer ? Le pilote McLaren fait signe que non : « Vous en savez probablement plus que moi. Moi aussi, je n’ai vu que ce que vous avez vu. Nous avions d’abord d’autres pneus, puis pas de pneus du tout. Donc je ne sais pas ».

Norris a l’air généralement servi. Non seulement il a perdu près de 20 secondes lors de l’arrêt au stand, mais il ne fait absolument rien en course. « Tout s’est mal passé. Il n’y a pas eu grand-chose de positif », dit-il. Et il porte encore un jugement accablant : « La voiture n’est pas assez bonne. « 

Il estime que lui et Ricciardo étaient « probablement les plus lents » avec la MCL36 à Montréal. « Alors tu ne peux pas dépasser et tu ne fais rien. Mais une telle journée est bonne, car elle montre qu’il manque encore beaucoup de choses. Car nous ne voyons jamais vraiment le vrai rythme, nous sommes parfois là par chance. Mais ainsi, on voit où nous en sommes en réalité ».

La forme de McLaren ne dépend pas du circuit sur lequel elle se trouve, poursuit Norris. Quant à savoir si tous les espoirs pour la suite de la saison ont été anéantis, il répond simplement : « Oui ».

Norris : « Je veux juste prendre un bain frais, une glace et rentrer à la maison »

Ricciardo aussi n’a aucune chance en course

Ricciardo ne tient pas non plus à grand-chose au Canada : « Si vous voulez, ce n’était probablement pas une course propre comme un sou neuf. C’était une de ces courses où j’avais l’impression d’être juste accroché. Il y a eu quelques trains DRS et nous avons roulé là, mais je ne dirais pas que nous avions des points forts. Nous n’avons pas réussi à nous mettre en valeur. « 

« J’ai doublé plusieurs fois dans la dernière chicane, mais je pense que c’était contre deux voitures équipées de pneus plus anciens. Nous étions lents et donc hors du coup », explique le pilote McLaren.

Les pilotes McLaren doivent préserver le matériel

Ce n’est pas tout : Norris et Ricciardo ont tous deux dû ménager leur matériel dans la phase finale. Le chef d’équipe Seidl fait explicitement référence aux freins. C’est pourquoi Ricciardo n’a pas pu attaquer à la fin. Résultat : onzième avec 4,8 secondes de retard sur les points. Norris a pris la 15e place, neuf secondes derrière.

Pour Seidl, ce fut donc « un week-end décevant pour de nombreuses raisons ». Les « procédures de course » défectueuses en étaient une, le manque de « rythme de la voiture » en était une autre. « Dans l’ensemble », dit Ricciardo, « nous avons eu des difficultés ».

Seul le rebond n’a pas été aussi dramatique au Canada que récemment en Azerbaïdjan : « Après Bakou, nous avions constaté que quelque chose s’était cassé, ce qui explique pourquoi mon rebond avait été si mauvais », explique Ricciardo. « Au Canada, c’était mieux. Avant le virage 8, il y a de grosses bosses qui t’énervent un peu en fin de course, mais rien d’autre de fou « 

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments