samedi, juillet 20, 2024
AccueilEsports"Bayern zockt" sur la sellette : le ministère réagit vivement aux critiques...

« Bayern zockt » sur la sellette : le ministère réagit vivement aux critiques de l’ESBD

L’événement bavarois FC-24 à l’occasion du championnat d’Europe a fait l’objet de critiques de la part des fédérations d’eSport après son annonce. Le ministère du Numérique a réagi en lançant une offensive tardive de transparence – et en critiquant à son tour l’ESBD.

Un soutien politique du Land de près de 450.000 euros pour un événement eSport semble à première vue être une nouvelle qui rencontre la bienveillance de l’ESBD. Le projet bavarois « eSport trifft auf Fußballvereine im Rahmen der EM 2024 » (le sport électronique rencontre les clubs de football dans le cadre de l’Euro 2024) – ou plus brièvement « Bayern zockt » (la Bavière joue) – a plutôt déclenché des critiques rapides de la part de l’association fédérale et de la fédération bavaroise. La plus grande accroche a été l’utilisation exacte du montant relativement élevé de la subvention, qui n’était pas encore claire lors de l’annonce de la semaine dernière.

Des événements en ligne et hors ligne en Bavière, un roadshow, la finale dans la WWK Arena d’Augsbourg et des « aspects de pédagogie médiatique et de prévention auprès des jeunes » non définis laissaient planer l’un ou l’autre point d’interrogation. L’ESBD, par la voix de son vice-président Christopher Flato, a fait part de son scepticisme : « Débourser près d’un demi-million pour un happening des championnats d’Europe ne peut être ni durable ni bénéfique pour l’eSport local ».

L’argent pourrait être utilisé « de manière bien plus judicieuse, y compris au niveau national ». Flato cite en exemple les aides à l’eSport dans le Schleswig-Holstein, à Brême et en Rhénanie du Nord-Westphalie. Sur le site web spécialement créé pour l’inscription au tournoi et l’aperçu de l’événement eSport bavarois, on annonce depuis la sortie des prix « d’une valeur totale de 5.000 euros ». Ce qui, en fait, laissait ouverte la question de savoir ce qu’il adviendrait exactement des presque 445 000 euros restants.

Selon Flato, la plate-forme a été « cousue de fil blanc ». Dans les premiers jours qui ont suivi sa publication, elle n’a donné que peu d’informations sur le déroulement et l’étendue des opérations. On ne peut donc « juger actuellement qu’avec les informations rudimentaires dont nous disposons », a déclaré le vice-président de l’ESBD à eSport jeudi dernier. Mais il a également ajouté : « Il est possible que de grandes opportunités se présentent pour la scène eSport locale au cours des quatre prochaines semaines et que les grandes nouvelles soient encore à venir. « 

Un article pour éclaircir les choses – Somme de soutien du « budget spécial « 

C’est à chacun de décider si la dernière réaction du ministère bavarois du numérique doit être considérée comme une « grande nouvelle ». En tout cas, depuis ce lundi, on trouve sur le site web un article intitulé « Comment tout cela se déroule-t-il ? », dans lequel les créateurs de « Bayern zockt » s’expliquent et expliquent leur tournoi. La mise en œuvre technique, l’investissement en personnel de différents processus et les mesures publicitaires supplémentaires sont classés un peu plus loin.

« Pour créer une ambiance et augmenter la portée, du contenu de l’Euro est mis à disposition par des influenceurs connus. Cela a pour but d’attiser l’enthousiasme et de gagner un large public à l’événement », est-il écrit. Selon les personnes concernées, les influenceurs pourraient à eux seuls coûter une part significative du demi-million. Les onze événements hors ligne nécessiteraient en outre 15 collaborateurs pour le montage et le démontage, les 30 événements en ligne devraient être administrés par cinq collaborateurs.

En outre, le ministère du numérique précise dans un entretien avec eSport que les 450 000 euros proviennent d’un « budget spécial pour les championnats d’Europe à domicile 2024 ». Cela suggère que l’accent devait être mis dès le départ sur le football virtuel – EA SPORTS FC 24 et son mode EURO étaient donc probablement incontournables. Néanmoins, l’objectif était aussi « d’attirer l’attention sur la diversité de l’eSport et de créer les bases d’une meilleure reconnaissance et appréciation de la branche ainsi que de nouveaux membres d’associations ».

Le ministère du numérique laisse également entendre son mécontentement face aux critiques de l’ESBD : « Il est dommage que ce soit justement la fédération fédérale d’eSport qui manque de soutien correspondant à notre mission commune de renforcer l’eSport », peut-on lire dans la déclaration adressée à eSport. De son côté, la fédération bavaroise d’eSport est « en contact étroit et fructueux avec la fédération pour savoir comment elle peut participer au projet et comment nous pouvons ensemble enthousiasmer davantage de personnes pour l’eSport ». L’E-Sport Verband Bayern avait également critiqué le projet après sa première annonce – même si elle était plus modérée que l’ESBD.

Interrogée par eSport, la présidente Sandra Bloy a déclaré qu’elle se réjouissait « que la Bavière puisse débloquer une somme aussi importante pour la promotion de l’eSport ». Elle estime toutefois qu’il aurait été « certainement utile d’expliquer dès l’annonce comment la somme totale de la subvention sera utilisée afin d’éviter tout malentendu ».

Selon elle, il est « tout à fait compréhensible et même bienvenu que le ministère du numérique mette l’accent sur l’eFootball à l’occasion d’un championnat d’Europe de football en Allemagne ». Mais Bloy et son association considèrent également cette subvention comme « une impulsion qui montre que le ministère bavarois du numérique apprécie l’ensemble de l’eSport sous toutes ses facettes et que l’on peut s’attendre, espérons-le, à d’autres subventions ». Ces mots ne traduisent pas seulement de l’espoir, mais aussi une mission pour la politique.

Le premier qualificatif en ligne de l’événement eSport bavarois aura lieu dès ce lundi soir à 19h30. Parmi les participants déjà inscrits, on trouve notamment des joueurs de VBL comme Niklas Rank (1. FC Nürnberg), Thomas Ostermaier (FC Bayern Munich) ou Ekrem Dogan (SpVgg Greuther Fürth).

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments