vendredi, octobre 7, 2022
HomeWorld Cup 2022Avec la balle à puce : la technologie du hors-jeu sera utilisée...

Avec la balle à puce : la technologie du hors-jeu sera utilisée lors de la Coupe du monde

Après de nombreux tests, il est clair que la technologie semi-automatique du hors-jeu sera utilisée lors de la Coupe du monde au Qatar. Elle doit permettre de prendre des décisions plus rapides, de mieux informer les spectateurs et repose sur deux éléments clés.

Enfin, elle sera utilisée à un endroit bien visible, la puce dans le ballon. Alors qu’elle n’avait pas été retenue par les systèmes de caméras pour la technologie sur la ligne de but, elle est désormais l’un des deux éléments clés de la technologie semi-automatique du hors-jeu. Un capteur placé au centre du ballon officiel de la Coupe du monde transmet 500 fois par seconde des données sur le ballon au centre vidéo, ce qui permet de déterminer avec précision le premier contact pertinent du point de vue du règlement lorsque l’on joue ou que l’on touche le ballon.

Un système de détection optique se charge également du reste. Douze caméras de suivi spéciales installées sous les toits du stade au Qatar captureront le ballon et jusqu’à 29 points de données de chaque corps de joueur 50 fois par seconde afin de déterminer leur position exacte. Les points de données couvrent toutes les extrémités et tous les membres qui sont pertinents pour les décisions de hors-jeu.

« Des robots arbitres ? Ce n’est pas le cas « 

L’intelligence artificielle combine les deux ensembles de données. Après un but marqué, l’équipe VAR reçoit en quelques secondes l’information indiquant si un joueur de l’équipe attaquante, y compris le buteur, s’est trouvé en position de hors-jeu au cours de l’attaque en question.

Selon le chef des arbitres de la FIFA, Pierluigi Collina, ce signal « hors-jeu » généré de manière purement technique est ensuite validé par l’équipe VAR qui vérifie elle-même les ralentis et examine s’il y a pénalité. Car Collina, tout en se réjouissant de cette nouvelle technique, a tenu à souligner un point dans le cadre d’une rencontre avec les médias internationaux : « J’ai lu des choses sur les arbitres robots et d’autres choses similaires. Mais ce n’est pas le cas. Les arbitres continuent à prendre les décisions, ils ont simplement une nouvelle aide technique « 

L’objectif principal de Collina : « Des décisions correctes sur le terrain « 

L’équipe VAR doit par exemple déterminer si le ballon a été joué par un coéquipier ou par un adversaire et si un contact pertinent avec le ballon de l’adversaire était intentionnel ou non, afin de répondre à la question de la responsabilité pénale. Selon Collina, l’objectif principal reste de toute façon de « prendre en fin de compte des décisions correctes sur le terrain ». C’est pourquoi il continuera à travailler intensivement avec les arbitres sur la qualité des décisions, même indépendamment de la technique, par exemple en cas de situation de main ou de faute.

Pour les « avertissements de hors-jeu » techniques sur les écrans VAR, Collina attend des résultats aussi précis et fiables que ceux de la technologie sur la ligne de but, qui détermine la position du ballon à quelques millimètres près et presque en temps réel. La technologie de hors-jeu semi-automatique a déjà été testée lors de la Coupe arabe de la FIFA en décembre 2021 au Qatar et lors de la Coupe du monde des clubs en février 2022 aux Émirats arabes unis.

« Nous y avons fait des expériences très positives avec la technologie, mais nous allons bien sûr continuer à travailler sur la meilleure application possible jusqu’au début de la Coupe du monde », explique Collina. Cela vaut en particulier pour les 36 arbitres désignés pour la compétition mondiale et leurs assistants autour de l’arbitre allemand de la FIFA Daniel Siebert, ainsi que pour les 24 VAR de la Coupe du Monde autour de Marco Fritz et Bastian Dankert.

Des coûts considérables – A partir de 2023/24, également en Bundesliga?

Pour la Coupe du monde, huit personnes par match travailleront dans le centre vidéo, le VAR et trois assistants, y compris les experts en hors-jeu, plus quatre opérateurs. Outre le personnel, les coûts sont également considérables. La FIFA ne veut pas donner de chiffres précis, mais Johannes Holzmüller, directeur de la technologie et de l’innovation au sein de la fédération internationale, explique, en se référant aux trois années de développement et aux logiciels et matériels les plus récents : « Toute nouvelle technologie est chère au moment de son introduction, mais avec le temps, les coûts diminueront de manière significative. Le prix de la technologie sur la ligne de but par stade était par exemple quatre fois plus élevé lors du premier test pendant la Coupe du monde 2002 qu’aujourd’hui. De manière générale, nous espérons qu’à l’avenir, autant de compétitions que possible pourront utiliser cette technologie comme support ».

Les investissements dans la technologie du hors-jeu doivent être rapidement rentabilisés, pour les protagonistes – et les spectateurs. « Nous sommes conscients qu’il faut parfois trop de temps pour vérifier d’éventuelles situations de hors-jeu, en particulier lorsque la décision de hors-jeu est très serrée », reconnaît Collina, qui s’attend à ce que la durée moyenne de vérification d’un hors-jeu passe de 70 secondes à l’heure actuelle à environ 25 secondes à l’avenir. En outre, pendant l’interruption suivante, des graphiques 3D animés seront affichés sur les écrans des stades et dans les retransmissions télévisées sur la base des données de position, afin d’améliorer la compréhension et la transparence et de détailler la position de hors-jeu.

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments