jeudi, juin 20, 2024
AccueilFootball18 ans après la rupture : le duel des ennemis jurés de...

18 ans après la rupture : le duel des ennemis jurés de Salzbourg

18 ans après une séparation peu élégante, l’Austria et le Red Bull Salzbourg s’affrontent pour la première fois lors du deuxième tour de la Coupe ÖFB. Alors que les officiels violets souhaitent une fête du football pacifique à Grödig, les fans de l’Austria veulent montrer « un bord clair contre la construction ».

Nous devons vivre avec, mais nous aurions bien sûr préféré un autre tirage au sort », a été la première réaction du président de l’Austria Salzbourg, Claus Salzmann, après le tirage au sort de la Coupe qui a vu son équipe affronter l’ennemi juré Red Bull au deuxième tour. Depuis, il n’est pas le seul à s’efforcer d’ôter tout caractère explosif à la rencontre. « La collaboration avec le concurrent de Wals a été très positive. Les deux parties veulent célébrer une fête du football sans incidents négatifs », a-t-il informé ses propres fans des travaux préparatoires constructifs en vue du match choc pour lequel l’Austria doit se déplacer dans la Grödiger Untersberg-Arena. 4.136 spectateurs sont admis dans l’ancien stade de Bundesliga du SV Grödig, seuls 400 billets ont été vendus aux supporters du champion par abonnement qui, pour des raisons de sécurité, seront transportés par navette de la Red Bull Arena à Grödig et récupérés de là, afin d’éviter toute rencontre avec les fans ennemis de l’Austria.

« Regardons vers l’avant, pas vers le passé », a appelé Salzmann à la raison, « si des ambitions dormantes devaient remonter à la surface, cela ne ferait que nuire à l’Austria ». Otto Konrad, héros de la Coupe d’Europe de l’ancienne Austria et conseiller de la nouvelle pendant quelques années, a lui aussi plaidé dans le journal « Salzburger Nachrichten » avant le « match à risque » pour que l’on adopte enfin un ton plus conciliant, maintenant que le grand ennemi de l’Austria a disparu avec la mort de Dietrich Mateschitz. Et le journal salzbourgeois lui-même a fait dans le soft news en rappelant il y a quelques jours le double passé violet de l’actuel entraîneur de RBS, Gerhard Struber, dont la tentative de retour à l’Austria déjà refondée en 2008 n’avait échoué qu’en raison de problèmes de genou.

Contre la construction

La « Curva Viola », l’association des groupes de supporters actifs, n’a pas encore adopté ce ton conciliant. Il y a quelques jours, on pouvait y lire, à côté du pamphlet d’annonce : « Aujourd’hui, il y a 18 ans… nous avons fait nos adieux à la construction marketing qui avait anéanti notre club bien-aimé. Dénigré en tant qu’éternel, casseur et chaotique. Dix-huit ans plus tard, le moment est donc venu. C’est une rencontre directe avec notre fossoyeur d’alors. Austrians, ce sera notre jour ! Montrons à tous ce que représente l’Austria et ce dont nous sommes encore capables après toutes ces années ! »

Rétrospective

Il y a 18 ans, Didi Mateschitz avait soudain pris les choses au sérieux. Pendant des années, Rudolf Quehenberger avait été en vain à l’écoute du patron de Red Bull. Le maître des canettes n’avait rien à voir avec le football. Mais le 6 avril 2005, il a annoncé par OTS le « début d’une nouvelle ère du football à Salzbourg ». La société Red Bull GmbH de Fuschl reprend dès à présent la Salzburg Sport AG et donc les activités footballistiques du club de la Bundesliga de Salzbourg ». Une annonce sensationnelle qui, dans un premier temps, a également été accueillie avec joie par les fans de l’Austria. Après des années de déclin, ils espéraient que le finaliste de la Coupe UEFA de 1994 retrouverait enfin sa gloire d’antan.

Ils ont vite dû se rendre à l’évidence : Red Bull n’était pas venu pour les rendre heureux, mais pour servir ses intérêts marketing. « Nous sommes les taureaux rouges et nous ne deviendrons certainement pas les taureaux violets », a dû expliquer aux fans Kurt Wiebach, entraîneur de l’Austria lors de la promotion et désormais premier directeur de la division football de Red Bull à Salzbourg. Même après des mois de protestations des fans et de négociations avec l' »Initiative Violett-Weiß », il n’y a pas eu de changement. « La dernière offre était : un nœud de capitaine violet, des chaussettes de gardien violettes et éventuellement un logo adidas violet sur le maillot », se souvient Moritz Grobovschek, alors capo du club de supporters, qui allait devenir le nouveau fondateur de l’Austria de Salzbourg. « C’est une nouvelle équipe, un nouveau club. Il n’y a pas de tradition, il n’y a pas d’histoire, il n’y a pas d’archives », a-t-on entendu à la fin des négociations de la part du nouveau propriétaire. Et un Kurt Jara agacé, premier entraîneur de l’ère Red Bull, en a rajouté une couche : « Si ça dérange les fans, qu’ils fondent un nouveau club ». D’abord très en colère, c’est finalement ce qu’ils ont fait. Suivant l’exemple des « Phoenix Clubs » anglais comme l’AFC Wimbledon ou le FC United of Manchester, ils ont fondé une deuxième fois l’Austria, qui avait été portée sur les fonts baptismaux en 1933, le 6 octobre 2005.

Pour les anciens favoris, les temps sont devenus inconfortables. « Lorsque je traversais la ville de Salzbourg, il arrivait que l’on crache sur la voiture ou que l’on me fasse un doigt d’honneur », se souvient Herbert Ilsanker, l’ancien gardien de l’Austria, qui entraîne les gardiens de but des taureaux depuis 18 ans, en évoquant les années sombres de ses débuts. « J’ai été attaqué plusieurs fois lorsque je suis sorti du stade en voiture. On n’avait pas connu ça en Autriche », Thomas Winklhofer, le seul joueur à avoir participé au quatrième titre avec les Bulls après les trois titres de champion avec l’Austria, n’a pas été épargné non plus. Kurt Wiebach a même reçu des menaces de mort. « Les pneus de ma voiture étaient crevés et des vis étaient plantées dans les jantes ». Il n’a jamais pu être prouvé que des supporters de l’Austria étaient réellement derrière tout cela.

Le chemin cahoteux de l’Autriche vers le haut

Alors que le Red Bull Salzbourg a rapidement enchaîné les titres de champion, l’Austria a commencé la saison 2006/2007 en 2e classe A en partant de zéro. Certes, les « fans à problèmes » faisaient régulièrement la une des journaux, mais grâce au travail compétent de Gerhard Stöger, qui a occupé à l’époque toutes les fonctions sportives, de l’entraîneur au directeur sportif en passant par le responsable des jeunes, les violets ont fait leur retour dans le monde du football professionnel en 2015, après neuf ans d’absence, en accédant à la deuxième division, avant de redescendre après une saison d’insolvabilité. La dernière tranche de la dette de 1,4 million d’euros accumulée à cette occasion a pu être remboursée il y a quelques jours seulement, ce qui a permis au club de ligue régionale de ne plus être endetté.

Pour Stöger, qui a quitté le club en 2016, le deuxième tour de la Coupe voit s’affronter « deux mondes différents qui ont tous deux leur raison d’être ». Les quelque 4 000 supporters de l’Austria admis mardi ne voudront pas tous signer la deuxième partie de sa déclaration.

RELATED ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments